L’assurance de prêt, ou de crédit s’est développée dès la fin du XIXe siècle, mais prend son essor en Europe de l’Ouest entre les deux guerres. C’est un type particulier d’assurance garantissant les entreprises contre les défauts de paiement d’emprunteurs pour des raisons :

  • Propres à ces débiteurs => insolvabilité
  • Provenant de contraintes extérieures

L’assurance de prêt est un outil de prévention contre les risques d’impayé sur les créances commerciales.  Un suivi est mis en place, la capacité de non-endettement des clients, ainsi que les risques de dégradation sont analysés. Ce qui permet de couvrir le risque financier lié au délai de paiement accordé aux clients et d’être indemnisé en cas de carence de paiement.

L’assurance de prêt peut être privé ou publique.

Dans les années 1990, un mouvement de concentration a vu la création de trois grandes sociétés, se partageant l’essentiel d’un marché mondial restant très centré sur l’Europe de l’Ouest :

  • Atradius
  • Coface (Filiale de Natixis, dont la présence internationale est la plus étendue)
  • Euler Hermes (Fusion des deux sociétés d’assurance-crédit du groupe Allianz. Euler Hermes est le numéro un mondial de l’assurance-crédit)

En plus des assureurs-crédit privés,  une majeure partie des pays possèdent aussi des systèmes publics d’assurance de prêt, généralement conçu pour se charger des risques les plus difficiles à gérer.

En France, Coface gère, pour le compte de l’Etat, des garanties publiques destinées à encourager et soutenir le développement international des entreprises.

En Belgique, l’Office national du Ducroire (ONDD) assume ce rôle.